En ce vendredi de début de vacances de février, alors que j’étais en seconde je trainais avec mes copines. L’une d’elle, ayant redoublée, va voir un ami à elle -le roux-. Quand t’as 15 ans, c’est l’âge mouton, donc tout le troupeau d’amies a suivi derrière elle. Le roux dit bonjour à tout le monde -il fait la bise- sauf à moi. Je lance une réplique sortie du fond de jenesaispasoùetjeneveuxpassavoir « Hey j’sens l’gaz ou quoi, moi on m’dit pas bonjour ? ». Suite à quoi il répond « ah pardon je ne t’avais pas vue » puis smouak smouak il me fait la bise. La journée passe, et ma pote -la redoublante-  me dit : « oh fait le roux t’as trouvée mignonne il m’a demandé ton MSN ». Whoua, j’étais impressionnée : un mec plus vieux que moi s’intéresse à moi ! ». Donc elle lui file mon MSN. Le soir chez moi, j’attends que le roux m’ajoute. Puis se passe ce qu’il devait arriver : le_roux_93@hotmail.fr (ce n'est pas sa vraie adresse) vous envoyé une invitation. Je me souviens, j’étais dans la salle d’eau, le pc sur la machine à laver (pourquoi ?!!!) et j’ai sauté dans tous les sens en ne cessant de répéter à me petite sœur que j’étais TROP « guezz » (oui le jeune emploi son propre vocabulaire que seuls les énergumènes de son espèce comprennent). Comprenez donc que j’étais super trop méga contente. On débute une conversation sur MSN, et très vite on devient addict. On passe toute notre nuit à parler sur MSN. On a mis la webcam. Il ne m’attire pas plus que ça. Ce qui m’attire c’est le vieux qui s’intéresse à la jeune. Il mesure 1m75 (si je me souviens bien), il est roux (ah ouais ?!), les yeux marrons, la peau très blanche (en même temps t’as déjà vu un roux à la peau hâlée ?!) et il est très très maigre. Sorte de Mikado chocolat blanc à la chevelure rousse bouclée. C’est mieux là hein ? C’est un rital, il adore le foot et faire rire. Je me sens bien à lui parler. L’atmosphère se détend, moi aussi… J’enlève mon t-shirt. Je suis en soutif. Il est en caleçon. Je sens que j’ai un pouvoir d’attraction. Je le rends accro, j’adore. Soirée très intense. Le lendemain, même chose. Je me sens voler au-dessus des nuages. Invincible. Personne ne peut ressentir ce que je ressens. Je lui dis que je n’ai jamais fait l’amour, que j’ai la théorie mais pas la pratique (merci le Guide du zizi sexuel). Il me dit qu’il l’a déjà fait. Il me décrit tous les détails. Puis il me propose un cinéma mardi. Je demande à mes parents si j’ai le droit. Ma mère me dit oui : C’est où ? Quel film ? Avec qui ? Tu rentres après le film okay ?! Puis elle dit à mon père : Oui, elle y va avec un garçon.

On est mardi. Je fais les 100 pas dans ma chambre. Je le vois arriver dans ma rue. Il est avec deux potes et l’une des copines d’un des mecs (tu me suis là ?!). Je dis à ma mère « ohhhh c’est lui ! ». Ma mère regarde à la fenêtre. Je descends le rejoindre toute tremblante. On se fait la bise, je dis bonjour à tout le monde. On s’en va vers le cinéma, ma mère et ma sœur, mal planquées derrière les rideaux de ma chambre. On arrive au ciné, on voulait voir un film d’horreur mais nous n’avions pas 18 ans, donc c’était râpé. Taxi 3 ou 4 je ne sais plus. Bonjour le film romantique ! Le roux et moi on s’assit. Les potes sont deux rangées devant nous. Pendant les bandes annonces, on ne parle pas, on se regarde en coin. Puis on ose, on se regarde et biiiiim. Ce con a foncé dans ma dent en m’embrassant. J’ai rien dit mais j’avais mal à ma dent de devant. Bref, je suis officiellement en couple. Après le film, on se tient par la main et on se pose tous ensemble dans le fast-food à côté du ciné.  Une fois la glace avalée, on sort. Nous sommes le 27 février 2007, le thon sort enfin avec quelqu’un.

Je le revois chaque jour jusque la rentrée. J’annonce à mes parents que je suis en couple, ma mère dit en mettant sa tête dans ses mains : « C’est pas vrai ça recommence » (l’année d’avant j’avais échangé mon premier baiser avec un mec, on est resté 2 mois ensemble car je ne pouvais jamais le voir mise à part à l’école, ouais ouais, strictes mes parents étaient je vous ai dit). Bref. Le jour de la rentrée, le lundi 5 mars 2007, on a fait le buzz au bahut. Il me présente à tous ses potes dont à frenchy.  Les jours passent, et je me sens pousser des ailes. Je n’ai jamais le droit de le voir en dehors des cours, je n’ai pas de portable, je dois rendre mon pc à 19h. La vie est belle sinon.

Une fois je me pète le ménisque, il me dit qu’il n’assume pas de rester près de moi car je ressemble à une clocharde avec mes béquilles. Je laisse couler.  Il est toujours entouré de filles. Je ne suis pas jalouse. Finalement, après les cours le vendredi soir j’ai le droit d’aller chez lui. On se découvre sexuellement. Je n’oublierai jamais la première fois où il a retiré mon t-shirt. Face à face, je fixais ses yeux. J’étais en soutien-gorge, je me sentais nue. Bref, on s’entraine aux préliminaires. Il excelle. Le temps passe, nous voilà le 27 juin 2007. Première fellation. Sensation horrible, car avec la capote parfum vanille –je détestais ça mais lui aimait ces capotes là…..-. L’impression de sucer un concombre emballé. Horrible je vous dis. Le 29 juin 2007. On fait l’amour. Je ne saigne mais qu’est-ce que j’ai mal ! Je plisse les yeux, je laisse échapper des larmes et il me dit tout en s’arrêtant brusquement « QUOI ?? Qu’est-ce qu’il y a ??? ». Je lui réponds « Tu sais qu’on pourrait faire un enfant ? Je t’aime tant ». On s’embrasse. Je le guide et on y retourne en douceur. Je me sens bien avec lui malgré la douleur. Contente de le faire avec lui. C’était tellement tendre même s’il n’était pas confiant du tout. Quelques jours plus tard il me dira qu’en fait il était puceau, il avait si honte de m’avoir menti, il avait voulu m’impressionner. Je m’en fichais, je l’aimais.

Mois de septembre, je suis lassée. Chaque mois depuis le début, tous les 27 j’ai le droit à un bouquet de fleurs. Ça part d’une bonne attention sauf que ça devient une routine qui me sort par les trous de nez. Il n’a pas du tout confiance en lui. Je dirigeais le couple qu’on se le dise. Une fois, je le disputais, il était adossé à un des murs du hall de chez moi, et je lui disais ceci : « Tu peux pas réagir ?? Me crier dessus, casser un verre, me gifler ??? ». Le roux regardait le sol en pleurant « Je… je… je... je sais pas… ». Il pleurait tout le temps. Il n’avait tellement pas confiance en lui, il ne s’aimait pas. Il était jaloux. Quand je parlais à frenchy ou à d’autres garçons, j’avais toujours le droit à cette réflexion « Il te plait lui ? Nan mais arrête regarde, il à ça, ça et ça que moi j’ai pas ». Bref, usant.

Décembre, le jour de mon anniversaire, ma mère a toléré qu’il vienne passer une heure chez moi avant qu’on aille en cours. Je m’étais faite vraiment toute belle. Il ne me souhaite pas mon anniversaire. On arrive au lycée, je reçois des cadeaux en sa présence. Je suis toute contente. Je fais mine de ne pas être triste et déçue. A la fin de la journée je lui fais la remarque qu’il a oublié mon anniversaire, il me répondra qu’il est désolé. Deux jours après, il me couvre de cadeaux. Je n’en voulais même pas, mais bon.

Janvier 2008, pour son anniversaire, ma mère  m’autorise à manger le déjeuner avec lui. Il tient absolument que frenchy vienne avec nous. On va au grec (c’est une habitude dans le 9-3). Je lui offre mon cadeau. Une montre Swatch de 70 euros (économies de Noël et anniversaire et baby-sittings). Il me dit « je ne sais pas quoi dire », genre il ne s’attendait pas à avoir un cadeau… Frenchy lui lance « bah dis merci ! ». Il s’exécute. Il regardait la montre sans bouger, comme si je lui avais offert une Cadillac.

27 février 2008, un an qu’on est ensemble. Il vient me chercher chez moi, on prend le métro, je ne sais pas où on va. Il m’emmène à Montmartre car c’est mon quartier préféré de Paris. Il a réservé un resto italien ambiance violons et compagnie. On regarde la carte, on passe commande. Après l’entrée partagée, il me pose une boite sur la table. Je me dis que ça ne peut être qu’une bague ou des boucles d’oreilles. J’ouvre la boite avec les zygomatiques tirés à l’extrême. C’est une bague. Mon dieu qu’elle est moche et qu’elle a dû lui coûter cher ! Oui le roux a toujours eu des goûts horribles pour tout. Mais les goûts et les couleurs ça ne se discute pas. Je lui fais le sourire Colgate blancheur +++ et il n’y voit que du feu. Bague en or blanc avec une pierre de topaze.

Quelques jours plus tôt, j’étais partie en Angleterre avec ma classe pour 5 jours. A mon retour, je lui demande s’il a remarqué ce qui a changé chez moi. Il me dit que non. Frenchy, d’ordinaire muet comme une carpe, ne faisant aucun compliment sur personne parce que ce n’est pas sa personnalité dit : « elle a changé sa façon de se maquiller». Le roux « ah ouais ».

Puis on se dispute de plus en plus. Un jour il me dit qu’il a demandé à sa cousine du même âge, si elle pouvait lui filer des adresses MSN de ses potes filles, juste pour découvrir de nouvelles personnes. Le roux me racontait toujours tout. Et puis, il me dit qu’il a rencontré F. et qu’ils ont passé la soirée sur MSN et que « c’était comme notre première soirée ». Je n’ai demandé aucune précision, me rappelant bien de notre 1e soirée. J’étais écœurée mais je ne voulais pas paraître chiante en étant jalouse. Je me disais qu’il était incapable de me tromper. Ce qui était vrai. Le jeudi 12 avril 2008, je vais fouiller son MSN pour prendre l’adresse de F. Je l’ajoute. On parle et puis je finis par lui dire que le roux est MON mec. Elle me dit qu’elle s’en fout de lui, que c’est juste un pote et qu’il est moche. Le vendredi 13 avril 2008, je me réveille à 4h du matin, je pleure. J’écoute J’veux qu’on baise sur ma tombe de Saez. Ma chanson préférée. Je sors une feuille et je rédige une lettre de rupture en mettant un passage de la chanson :
J'aurais aimé t'aimer
Comme on aime le soleil
Te dire que le monde est beau
Que c'est beau d'aimer
J'aurais aimé t'écrire 6a00d83451e05069e2013480720d07970c-250wi
Le plus beau des poèmes
Et construire un empire
Juste pour ton sourire
Devenir le soleil
Pour sécher tes sanglots
Et faire battre le ciel
Pour un futur plus beau
Mais c'est plus fort que moi
Tu vois je n'y peux rien
Ce monde n'est pas pour moi
Ce monde n'est pas le mien

Je suis anéantie. J’arrive au bahut en larmes, je croise un pote, je lui dis « ça y est, c’est la fin ». Il comprend sans rien me dire. Je monte l’escalier pour rejoindre la classe du roux. Il est 9h, il est en pause. Il me dit « bonjour bébé qu’est ce qui ne va pas ? » tout en me donnant ce qui sera notre dernier baiser. Je lui dis « tiens lis-là » en lui tendant la lettre et je monte vers ma classe. Frenchy me dira par la suite qu’une fois revenu à sa place, le roux lui demande « à ton avis, il y a quoi dedans ? ». Frenchy lui dit tout en sachant « je pense savoir ce que c'est mais c'est pas à moi de te le dire ». Il s’effondre en lisant la lettre. Il demande à aller à l’infirmerie. En fait il se trouve debout, derrière la vitre de ma classe dans le couloir. Je suis en cours d’histoire. Il est en larmes et je devine sur ses lèvres qu’il me dit « non bébé, fais pas ça, pourquoi ? ». Une heure plus tard, à la récré, on se rejoint. Il essaie de m’embrasser mais je refuse. On pleure tous les deux. Il me rend ce que je lui ai offert : bague et montre. Nous sommes espionnés par les gens autour de nous. Ca y est c’est officiel : nous sommes séparés. Le soir en rentrant à la maison, ma mère me dit d’aller voir à la boite aux lettres. Il m’a tout rendu : toutes mes lettres et tous mes cadeaux. Je me sens vide. Inexistante.

Le lundi, il revient me voir dans la cour, je lui dis d’arrêter, que c’est fini. Il me dit que F. vendredi lui a envoyé des photos d’elle en sous-vêtements mais qu’il s’en fout.

Le 2 mai 2008, je sors avec un mec. Il est adorable. Le 8 mai 2008, le roux sort avec F.  Putain la trahison. Il fait dire à tout le bahut que je suis une « salope » et à nos amis en commun de ne plus me parler. J’étais quasi seule. Un mois et demi après, je dis à mon mec que je le considère comme un ami. Il est déçu mais aime mon honnêteté. En fait je voulais oublier le roux dans les bras de quelqu'un d'autre.

Septembre 2008, je suis en terminale. Frenchy vient me parler. Ça n’était pas arrivé depuis avril. Il me dit qu’il n’avait plus internet, ce qui était vrai. Frenchy arrive à l’attaque sauf que moi j’ai rien vu venir. (Frenchy est juste un grand timide et en un an et demi d’amitié je ne savais que deux choses sur lui : il aime Liverpool et le rouge. Je ne connaissais rien d‘autre de lui, mais j’en ferai un billet). Donc bref, on se revoit et un jour on s’embrasse. Nous sommes le samedi 13 septembre 2008. Il me dira un peu plus tard que je compte pour lui depuis qu’il me connait.

Le roux n’est pas au courant pour frenchy et moi. Frenchy lui en parle petit à petit. Le roux le met en garde contre moi car « cette meuf n’est pas faite pour toi, elle joue avec les mecs ». Puis un jour, frenchy lui annonce clairement que l’on est ensemble. Grosse engueulade entre les deux. F. qui s’y met. J’ai le droit de me prendre des réflexions agréables de la part de tout le bahut, enfin des « potes » en commun bien qu’ils ne soient plus au bahut vu qu’ils sont en post-bac. Pour le roux, j’étais amoureuse de frenchy depuis le début. Bref, conflit sur conflit. Une des anciennes bonnes amies de frenchy et du roux m’envoie des messages d’insultes par texto (oui, j’ai eu mon portable en terminale). Elle finit par créer un profil Fb avec mon prénom, mon nom et en utilisant la photo de profil de ma sœur où je figure à côté d’elle. Sur ce profil Fb, elle y crée un groupe « Qui de Etcetera ou de frenchy encule l’autre ? » Enfin ça c’est un bout du truc que j’ai retenu. Avec un plus, un message envoyé vers mon vrai compte Fb qui, vous vous en doutez bien, était tout sauf agréable. Bref, je lui envoie un texto à cette pétasse (appelons les choses comme elles sont) pour lui dire de reconnaitre que c’est elle qui a fait ce compte et qu’elle le supprime sinon je vais au commissariat. Je lui laisse une semaine. Elle me répond en me narguant, en me disant que je lui ai pris frenchy à elle et au roux. Frenchy et moi on va au commissariat, on dépose une main courante contre harcèlement moral, usurpation d’identité, droit à l’image et droit à l’image sur mineur. Lui demande si elle veut une copie de la main courante. Elle m’envoie chier.

En 2010, j’envoie un mail Fb au roux pour lui dire que je regrette la façon dont notre relation s’est terminée mais « sans rancune poto hein ! ». Bon j’ai pas dit ça comme hein mais bon c’était l’idée. Je n’attendais pas de réponse. Je n’en ai pas eu d’ailleurs ! Mais au moins j'étais soulagée.

La semaine dernière il revient me parler. Vous lirez ça à cette page-ci.

Depuis je n’ai aucune nouvelle. En même temps j’ai tourné la page. J’ai porté sa bague jusqu’en décembre 2009. Soit plus d’un an et demi après notre séparation. Je l’ai fait car je n’ai jamais eu de haine contre lui. J’ai toujours une grande affection pour lui malgré ce qu’il m’a fait endurer. Il a été mon premier amour, mes premières fois. Je ne regrette pas d’avoir perdu ma virginité avec lui. J’étais profondément amoureuse de lui, même quand je sortais avec frenchy au début. Frenchy le savait, il me comprenait. J’ai revendu sa bague. Non en fait je l’ai faite fondre pour éviter de porter malheur à quelqu’un d’autre.

Voilà, maintenant, vous savez tout sur le roux. Enfin presque. Je ne vous ai pas dit qu’il était nul au lit et qu’il a raconté à tout le monde : « ça y est, j'l’ai trouée ». J’ai appris ça biiiiiien plus tard, en fait c’était il y a deux mois. Voilà. Aucun regret de l’avoir quitté par contre.


Je me dis que quelque part, dans cette histoire, c’est moi qui ai gagné puisqu’ils ont tout fait pour briser mon couple alors qu’au final, tout ce qu’ils ont fait, c’est renforcer l’amour entre frenchy et moi. Alors merci à vous bande d’enfoirés, car grâce à vous, j’ai trouvé l’homme de ma vie et il s’appelle frenchy.
Tag(s) : #etats d'ame, #you piss me off

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :