chansons-de-france-pour-les-petits-cd-audio-livreRécemment j’ai acheté ce livre. Je le trouve très bien fait et très bien illustré. Quelques regrets néanmoins : il n’y a pas Frère Jacques, Petit Navire et Petit Homme.
Donc je me suis mise à écouter les 27 chansons qui m’ont transportée au temps de mon enfance, époque durant laquelle je croyais que c’était mieux d’être adulte qu’enfant. Depuis, j’ai relativisé mais il est trop tard.

Alors j’étais toute contente, balançant des « ahhhh ouiiii je me souviens de celle-là » et des « ahhh mais c'est ça en fait qu’il dit ! » et puis des « ah ouiii !! Ah non celle-la je ne la connais pas en fait ». Bref grosse euphorie !
Puis je prends le livre pour –officiellement- lire les paroles (sauf qu’en fait je voulais voir les images telle une enfant qui se fout de l’histoire mais qui veut rêver en voyant les dessins).
Et puis je lis les paroles. Et là, gros choc. On nous fait apprendre des chansons portées sur la mort et la guerre ! Pour que vous vous en rendiez compte, je vais vous les résumer.

A la claire fontaine
Une chanson qui me fait toujours sourire car petite, je pensais qu’elle s’appelait « A la claire fontainement » (hey tu souris toi aussi !). C'est une chanson très triste qui parle d’une femme qui regrette que son ami Pierre ne l’aime plus.

 Il pleut, il pleut bergère
Bon bah celle-la, ça va, ça finit en mariage !

Trois jeunes tambours
Première phrase : « Trois jeunes tambours s’en revenaient de guerre ». Bon bah ça commence bien ! Les mecs veulent épouser la fille du roi et le roi arrive à dire à l’un d’entre eux : « tu n’es pas assez riche » et l’autre tambour qui se vend dit au roi « j’ai trois vaisseaux dessus la mer qui brillent ».  Roi qui répond qu’il est opé pour donner sa fille au mec qu’a les bateaux. Comprends ici que dès petit, on t’append qu’avoir de l’argent c’est primordial.

Malbrough s’en va-t’en guerre
Bon bah ça attaque fort avec le titre. Donc dans cette chanson il est question de savoir quand Malbrough reviendra de guerre. Et puis en fait bah il « est mort et enterré mironton, mironton, mirontaine ». Et bien sûr, tout ça avec un ton enjoué et festif.

Nous n’irons plus au bois
Comme les « lauriers sont coupés » et bien « nous n’irons plus au bois ». Euh ouais, je trouve ça tragique moi aussi : et merde, la mer est basse, je n’irai pas à la plage.

Il était une bergère
La bergère qui fait un fromage prévient son chaton de ne pas y mettre la patte sinon il aura « du bâton ». Le chaton n’y mis pas la patte mais le menton donc la bergère « tua son p’tit chaton, ron ron ». Du coup elle va demander à son père pardon. Et le père, en mode normal lui rétorque : « ma fille pour pénitence, nous nous embrasserons, ron ron ». La nana lui dit : « la pénitence est douce, nous recommencerons, ron ron ». Je trouve ça HORRIBLE surtout que le rythme est très agréable !

La légende de Saint-Nicolas
Cette chanson a un rythme lent et sombre. C’est l’histoire de « trois petits enfants qui s’en allaient glaner aux champs » et qui ce sont perdus le soir. Ils demandent au boucher de les loger. A peine rentrés, il les découpe « en p’tits morceaux » et les met « au saloir comme des pourceaux ». Saint-Nicolas arrive et demande à se faire loger. Le boucher lui dit « t’inquiètes cousin, tu fais comme chez wat ! » (euh je crois que ce n’est pas le texte original). Bref, c’est pas tout mais Saint-Nico il a la dale ! Alors il demande à son poto d’avoir « du p’tit salé qui a sept ans qu’est dans l’saloir ». Le boucher se dit qu’il est dans la mouise du coup il se casse de sa boucherie. Et puis Saint-Nico réveille les gamins en faisant un tour à la Sylvain Mirouf et toutyfinitbien.

Aux marches du palais
Chanson horrible à écouter, je la déteste. Rythme trop molasson et leeeeeeeent. En plus vu le français des paroles « aux marches du palais, y’a une tant de belle fille, lon la ». Okay ça envoie du boudin. Remake de Cendrillon. Bref, sans intérêt.

Le bon roi Dagobert
Alors là, je dis grand classique ! Chanson qui reste bien dans la tête. Et puis alors au vu de ce qu’elle raconte… Ce fameux roi est con ! Il met sa culotte à l’envers, porte des habits troués, est trop gros pour courir (mais ça, ça n’a rien à voir avec l’intelligence), ne sait pas utiliser un sabre de fer (qui ne sait pas faire ça hein ?!) et veut embarquer sur la mer alors qu’il ne sait pas nager. Moi je dis chapeau bas au mec qu’à inventer cette chanson.

Dans les prisons de Nantes
Alors là, le mec est en prison, la fille du geôlier vient lui apporter la mangeaille et des vêtements propres. Un jour, elle explose en sanglots car il doit mourir le lendemain. Le mec saute dans la Loire (ah ouais, en fait c’est facile de s’évader), puis « quand il fut sur la grève, il se mit à chanter ». J’ai envie de te dire que c’est banal de chanter après une évasion. Bref passons, et puis après ils se marient  puisque « toutes les cloches de Nantes se mirent à sonner ». Ce qui veut dire qu’après, il ne retourne pas en prison. Good morale, j’adore.

Sur l’pont du Nord
En gros, y’a une teuf organisée sur ce pont. La gamine demande à sa mère d’y aller mais la mère est relou elle ne veut pas. Du coup, la « meuf » va dans sa chambre et pleure (je suppose qu’elle a claqué sa porte de chambre aussi). Son frère arrive en mode normal sur son bateau et lui dit « hey sistaaahhhh pk tu pleures wesh ? » et elle lui dit « non mais tkt t’as vu, c’est juste que ma reum elle est trop relou, elle veut même pas que j’aille en teuf m’éclater ». Son frère lui dit « Aziiiii mets ta robe et ta ceinture bling bling moi j’t’emmène chu un ouff ». Donc bon, ils sont dans le bateau. « Elle fait deux pas et la voilà noyée. Il fait trois pas et le voilà noyé ». Et la dernière phrase conclut par « Voilà le sort des enfants obstinés ». C’est beau ce qu’on nous apprend, c’est à peine cruel.

L’empereur, sa femme et le p’tit prince
Bon bah alors là, chanson expédiée en deux – deux. Lundi matin, toute la clique est venue chez moi mais comme j’étais pas là, le p’tit prince a dit « puisque c’est ainsi nous reviendrons mardi ». Et rebelotte, tu recommences tout avec tous les jours de la semaine. Et quand t’es gamin, tu crois trop que cette chanson c’est un truc qui peut impressionner tes parents. Je me souviens, j’étais jamais fatiguée de la chanter car je pouvais montrer que je connaissais les jours de la semaine. Héhé, trop bien !

Cadet Rousselle
Ah mais comment elle est mythique celle-là ! Je l’adorais ! Donc en fait, le mec a tout en triple : maisons, habits, garçons. Et puis dernière strophe, tu ne sais pas pourquoi on te parle de sa mort :  « Cadet Rousselle ne mourra pas, car avant de sauter le pas, on dit qu’il apprend l’orthographe, pour faire lui-même son épitaphe ». La fin part en frizeuhstaïleuh on est d’accord ?!

Compère Guilleri
Ah ! Une des chansons qui a motivé la rédaction de ce billet ! En fait, le type part à la chasse aux perdrix. La chanteuse lui demande s’il va se « laisser mourir ». Normal quoi ! Au final, il se « cassa la jambe et le bras se démit ». Puis on le soigne et il embrasse les infirmières « pour remercier ces dames ». Alors forcément, ce sont des infirmières qui soignent, y’a pas d’infirmiers. Forcément elles sont faciles car elles se laissent embrasser. Ou plutôt, le mec a le droit d’embrasser qui il veut. Bref, ça me gave.

Ah ! tu sortiras Biquette
OMG ! Cette chanson est trop chiante ! Elle ne te sort jamais de la tête ! En fait, la biquette ne veut pas sortir des choux. Donc on envoie le chien pour la mordre mais elle ne veut toujours pas sortir. Du coup, on envoie le loup pour manger le chien. Puis le bâton pour taper le loup. Puis le feu pour brûler le bâton. Puis de l’eau pour éteindre le feu. Puis le veau pour boire l’eau. Puis le boucher pour tuer le veau. Sauf que : le veau ne veut pas boire l’eau qui ne veut pas éteindre le feu qui ne veut pas brûler le bâton qui ne veut pas taper le loup qui ne veut pas manger le chien qui ne veut pas mordre Biquette ! Mais par contre, quand on envoie chercher le Diable, yatoutquimarche ! Et Biquette, sort des choux ! Super pas relaxante cette chanson et puis alors la moralité de l’histoire laisse à désirer.

Sur le pont d’Avignon
Bon bah rien n’a dire, cette chanson est top.

Le furet
Je vous mets la chanson, tant elle est courte et ridicule.
« il court il court le furet, le furet du bois Mesdames, il court il court le furet du bois joli. Il est passé par ici, il repassera par là. Qu’est-ce qu’il a ? » Bah en fait, je pense que c’est un furet, voilà ce qu’il a…

Savez-vous planter les choux
Ça, c’est MA chanson de quand j’étais une petite fille ! Ca me rappelle tellement les vacances chez mes grands-parents ! Une charmante petite chanson, pleine de vie, surtout si vous faite la chorée en plantant les choux ! (whoua, en trois phrases, trois points d’exclamation).

Meunier tu dors
Oh elle est trop cool celle-là ! Niveau parole, le mec ne s’est pas foulé mais pour la faire courte, le moulin du meunier tourne vite. Youhou, truc de dingue !

La mère Michel
Elle a perdu son chat, du coup elle fait un appel à témoin. Le père Lustucru répond et lui dit de ne pas s’inquiéter car son chat n’est pas perdu. Elle lui dit  « ah ouais trop cool donc il est où ? ». Sauf que c’est un peu un « batard » ce Lustucru car il lui fait du chantage. Et elle bah, elle lui dit « okay ça roule papi, jt’embrasserai ! ». Le mec avec toute la classe du monde lui dit « trop tard la vieille, ton chat est vendu comme un lapin ! » Et biiiim passes une bonne journée !

A la pêche aux moules
Cette version-là dans le CD n’est pas la version originale mais bon. Ça passe. Le petit veut plus aller pêcher parce que y’a les grands qui l’embêtent même si des fois, ils sont gentils avec lui. Je la trouve un peu malsaine sur les bords quand même.

Mon âne
Une bien drôle de chanson que j’ai appris en 2e année de maternelle avec ma maitresse Claire. L’âne a mal à sa tête alors « la dame lui fait faire un bonnet pour sa tête ». Puis il a mal à ses yeux, son nez, son estomac… Et à chaque fois, elle lui fait un truc sympa pour le soigner genre une tasse de chocolat. C’est vraiment mignon et surtout, ça ne raconte pas n’importe quoi. Elle permet à l’enfant de s’évader et de rêver un peu.

Alouette
La pauvre, on la plume toute la chanson. Cool chanson, un peu comme la précédente, « Mon âne ».

Au clair de la lune
Bon bah j’ai découvert les paroles car je ne connaissais que la première strophe. Pierrot est à la recherche d’une plume. Il va de lieu en lieu et au final il se retrouve coincé chez quelqu’un car la porte s’est refermée sur eux. Les pauvres petits. Mais elle reste quand même bien.

Fais dodo Colas mon p’tit frère
Un must dans les berceuses, on la connait tous, elle déchire hein.

J’ai du bon tabac
Ma préférée. Non je déconne. Comment peut-on faire apprendre à des gamins de 2 ans une chanson qui parle de « bon tabac, du bien fin et râpé » en qu’en plus « tu n’en auras pas ». Vive le partage ! Ahah c’est paradoxal ce que j’écris, je sais, mais bon, je trouve cette chanson absurde !

Une souris verte
Adorable petite comptine qui marche avec toutes les générations d’enfants.

Bon alors ce billet est très long je sais (merci d'avoir tenu !). Je voulais ici vous montrer la bêtise des chansons pour enfants. A quel point elles sont vieilles et cruelles. Je suis consciente que le monde est cruel mais je pense pertinemment qu’il y a d’autres manières de le faire comprendre aux enfants. Pour moi, les chansons sont là pour faire rire et rêver l’enfant, non pas à lui faire peur.

J’espère avoir fait avancer le débat.
Tag(s) : #enfants, #etats d'ame

Partager cet article

Repost 0