Française née dans le 17e arrondissement de Paris je clame haut et fort que je n'aime ni la France, ni les français. Bien sûr il s'agit d'une généralité.

Je n'aime pas les parisiens qui pour moi sont dans la réalité tous les clichés qu'on leur colle. Ils sont (et donc moi aussi puisque je suis parisienne) détestés dans le monde entier car arrogants, imbus de leur personne, égoïste, j'en passe et des moins bons.

Vous écrire tout ce qui m'agace en France ne servirait à rien puisque dans le fond, je pense avoir associé la France à mes parents. Or, le fond du problème est bien là : mes parents me sortent par les trous de nez au plus haut point, ainsi que ma famille.

Si je n'aime pas la France c'est parce qu'elle me rappelle de trop mauvais souvenirs un peu partout sur son territoire. Combien de larmes associées aux vacances d'été ? Aux vacances tout court ? Non je ne saurais les compter, déjà parce que je suis une quiche en maths et ensuite parce j'ai beaucoup beaucoup beaucoup pleuré.

J'ai également pleuré à l'école, au collège, au lycée ainsi qu'à l'IUT. Ouais, que des gens de merde qui pétaient plus haut que leur cul. 

Bref, je suis bien contente d'avoir fuit ce nightmare que je pensais interminable.


Cet article est un condensé de ce que j'ai déjà écrit mais il fallait que je le dise sous cet angle là.

D'ailleurs, faut que je vous parle de mes parents, enfin, de mes géniteurs quoi. Parce que l'article je le rumine depuis trop longtemps. Parce qu'ils me rendent malade. Parce que je ne les aime pas comme il faudrait (mais qui a dit qu'on devait aimer ses parents ?). Parce que je m'en fiche d'eux. Parce que voilà, ils ne sont pas parfaits, on n'apprend pas à être parent, mais quand même, quand on fait des enfants c'est pour donner tout son amour non ?
Tag(s) : #etats d'ame, #you piss me off

Partager cet article

Repost 0