Comment conclure un peu plus de deux ans et demi d'aupairing ? La tâche est quelque peu délicate, surtout dans mon cas.

Je vais, dans cette première partie, vous résumer ce que j'appelle l'An I de mon aupairing : 04 Janvier 2012 - 24 Mai 2013.

MY AUPAIR'S LIFE : LE BILAN - 1

Frenchy me conduit jusque CDG, on rigole, on chante à tue-tête. On écoute le dernier album de Corneille. Et puis, je nous revoie encore, devenir tout silencieux, lorsque la dernière chanson résonne dans l’habitacle de la voiture, sur cette dernière ligne droite, jusqu'au parking. Je pleure tellement tout d'un coup. Je ne me souviens plus de la "dernière fois" où l'on s'est vus, mais je me souviens de l’excitation au moment d'embarquer.

J'atterris dans le vent et la pluie. Je récupère ma valise et je vois le père, tenir un bout de carton avec mon prénom dessus. Je savais que c'était lui, je l'avais cherché sur Facebook... (ça en dit long...).
On monte dans la voiture, je me trompe de portière (ah oui on roule à gauche ici, du coup le volant est "du mauvais côté". Je lui fais remarquer qu'il a la même voiture que mon "husband". Lapsus quand tu nous tiens....

On arrive devant le portail, on habite à la campagne, je pensais qu'on habiterait en ville mais qu'importe. Je vois les enfants, ils sont super timides. La toute première phrase qu'Eilise me dit "No shoes in the house!!!!". Je pensais la détester...
Alors qu'en fait, ces enfants; je leur ai tellement donné de ma personne. A Eilise et Liam. Il avait un an et demi, elle avait trois ans. De vrais petits bouts. Ils m'ont appris à bien prononcer les nouveaux mots anglais, je leur ai appris le français. On s'amusait bien ensemble.

J'ai mis deux bons mois à vraiment me plonger dans l'anglais. C'était assez dur au début de retenir tout le vocabulaire nouveau (sieste -nap, couches -nappy *pour n'en citer que deux*). Je n'avais pas confiance en mois au niveau de la prononciation mais je ne laissais rien paraître.

J'ai eu une vie sociale plutôt active les 6 premiers mois. Ensuite mes amies sont retournées "au pays" et ça aura été la fin pour moi. De toute façon, je n'avais plus le moral, la mère avait mis un bébé en route dans mon dos, et elle accoucherait en Octobre 2012.

Cette date fatidique arriva. Bonjour Reuben. J'avais dit qu'elle aurait un garçon de 3kg 200g. Et j'ai eu tout bon! Par la suite, la mère resta à la maison jusqu'en juin (vive le congé maternité en Irlande!). Elle me laissa plus souvent les corvées à faire. J'étais aussi le méchant flic, car elle disait oui à tout. J'ai aussi beaucoup passé de temps avec Reubs 'tu comprends, faire les boutiques avec un enfant en bas âge....", y compris sur mon temps libre. Je détestais ma vie à ce moment là.

Ma vie avec frenchy a commencé à se détériorer. La famille m'avait interdit d’utiliser Skype, de faire du streaming ainsi que Youtube car ça pompait trop la connexion Internet. Du coup, vive le chat Fb! On se voyait toutes les 4 à 6 semaines. C'était très dur.

Et puis en Mars 2013, vous, mes amis et ma famille ne cessaient de me dire de partir. J'ai eu envie de partir tellement de fois mais je voulais prouver à tout le monde que je n'étais pas de celle qui abandonnait à la première épreuve. Alors j'ai commencé à chercher une nouvelle famille, en ligne. J'ai été rencontrer la famille d'une copine connue l'an dernier. Ils m'ont refusé car j'avais l'air démotivée.

J'ai envisagé de quitter l'Irlande, à mon plus grand désespoir. Je ne pouvais partir. J'aimais trop ce pays pour retourner en France. Ce petit bout d'île verte, je m'y sentais bien, j'aimais sa culture, son accent et sa proximité avec tout et rien à la fois.

Et puis j'ai rencontré ma 2e family. Elle m'a dit "oui", en 20 mins. J'ai été m'acheter une robe pour l'occasion. J'ai décidé, par la suite, d'annoncer aux cognos (la 1e family), que je comptais partir dans 6 semaines. J'avais passé beaucoup de temps ici, je voulais voir quelque chose d'autre. Et puis m'occuper d'enfants très jeunes, me fatiguait pas mal, avec le boutlot à la maternelle.A aucun moment je ne leur ai donné mes vraies raisons, ni même dit que j'avais déjà trouvé une family.

Une semaine et demi plus tard, les cognos m'ont foutu à la porte, j'avais nul part où aller, et nul part où stocker mes bagages.

L'An II au prochain article.

Tag(s) : #aupairing

Partager cet article

Repost 0