JE NE SAIS PLUS QUOI PENSER, COMMENT AGIR

En fait tu vois, aujourd’hui je me suis réveillée avec la patate. Grand ciel bleu, la victoire d’Obama, une bonne nuit de sommeil. Puis au fur et à mesure de la journée, mon humeur et moral se sont plus que détériorés.

Entre hier où la gamine avait 39° de fièvre, j’ai prévenu les parents par textos et en les appelant. La mère m’a rappelé un peu plus d’une heure après mon premier message, le père m’a envoyé un texto, (sans blague), 3h après le mien. Imagine ça avait été plus grave ! (j’avais appelé parce qu’ils n’ont à la maison que des médicaments pour 6 ans et plus, et la gamine n’en a que 4).

Toujours hier, la mère me demande à 17h06 de garder le BB pour « 5 ou 10 minutes » car elle veut aller sur le trampoline avec les deux autres kids. THEORIQUEMENT, je finis à 17h15. Et bien j’ai donné, figure-toi, le biberon pendant 50 minutes. Et le pire dans tout ça, c’est qu’une fois qu’elle était rentrée à la maison, elle a lu des livres aux gamins, dans le salon, moi j’étais sur le canap’, à nourrir son gosse. Grosse fouttage de gueule.

Aujourd’hui, le kid était infernal. J’ai fini par lui crier un peu dessus en lui disant « ça suffit maintenant, arrêtes de pleurer ou tu seras punis dans telle pièce ». La mother en puissance est arrivée derrière moi, m’a très clairement jarretée « Tu peux partir stp », j’ai balancé un « I give up » en mode rebelle de 15 ans qui claque la porte. Je ne sais pas si elle m’a entendue. En même temps, j’m’en fous là. Puis, elle me prend à part et me dit, après quelques minutes « sorry de t’avoir écartée, mais je ne pense pas (=dans son langage ça veut dire, ne t’avises JAMAIS de le refaire) que ce soit ton rôle à toi de crier sur les enfants. Tu n’es que la « minder », c’est plus notre rôle à nous en tant que parents (elle ne crie jamais sur ses enfants, ne s’énerve jamais, cède….). ». Moi, bah comme d’hab, gorge nouée et envie de chialer mais je n’ai fait qu’acquiescer, je n’ai pas pleuré.

Et puis j’ai fini par chialer comme une gamine (comme toujours en fait….) « Je suis désolée je ne suis pas forte (elle parlait justement de ses enfants qui pleurent tout le temps et à qui elle dit d’être fort), et puis de toute façon je voulais te/vous parler mais j’ai peur de te/vous parler (je ne sais pas si je la tutoie ou pas…). » Et là, évidement « moi ? tu as peur de moi ??? ». Bah ouais. Elle m’a dit « si tu veux, tu peux monter un peu dans ta chambre, histoire d’avoir une pause ». J’ai quitté la pièce en lui disant, sans même la regarder, en pleurant toujours (jte rassure) « non c’est pas la peine, c’est mon temps de travail ». Je ne l’ai plus regardé dans les yeux de la fin de la journée.

Du coup, demain matin, on va parler. J’ai juste trop la trouille, la queue entre les jambes, un mec sans couilles.

J’ai pleuré pendant une heure. J’ai fini une heure plus tard que l’heure officielle.

J’ai envie de pleurer encore. Je n’ai même pas la motivation d’aller au yoga ce soir (dans 20 min). J’ai juste envie de bouffer, de fumer, de boire, de prendre une douche sans me laver, restant sous l’eau une heure. Envie de fuir, de tout recommencer ailleurs.

C’est dur à avouer ici car tu ne me connais pas mais tu sais, j’ai presque toujours été pessimiste et défaitiste (aggravation à cause du roux). Mais voilà, une fois j’ai balancé à ma mère « je ne t’ai jamais demandé de vivre ».

Cette phrase, je ne l’ai jamais oublié. Je ne me souviens même plus de la réaction de ma mère. Tout ce dont je me souviens c’est que j’avais été surprise de faire ce constat. Car c’est bien vrai, je n’ai jamais demandé de vivre. Par contre mourir, j’y ai déjà pensé. J’ai failli y passer. Et j’avoue, que cette idée d’en finir ne m’est jamais sortie de la tête. Frenchy. L’amour que j’avais et que j’ai pour lui ont fait et font que je ne passe pas le pas… C’est le seul qui a cette force sur moi. Personne d’autre ne me fait me raccrocher à la vie.

Je ne veux pas ici que l’on me dise « la vie est belle », « tu es jeune, aimée et tu aimes, sois heureuse », « ne meurs pas, c’est ridicule », « tu ne sais pas ce que tu dis », etc. Je n’ai pas votre mental, je n’ai pas votre âge, je n’ai pas votre passé, je n’ai pas votre présent. Je dis simplement ce que je pense. Je n’attends pas de commentaires sur ce post, j’avais juste besoin de me vider l’esprit.

Tag(s) : #etats d'ame, #aupairing

Partager cet article

Repost 0