Vous m'avez écrit cette semaine, je n'ai pas répondu à vos commentaires, malgré le réconfort que ça m'a fait de vous lire.

Pourtant, j'ai plein de choses à vous raconter, mais je n'ai pas su / eu le courage de trouver les mots.

Cette semaine, aujourd'hui, récemment, je me suis persuadée que tout allait bien.

- J'ai rencontré des personnes avec qui sortir le weekend.
- Avec ma new family, ça se passe très bien.
- Avec ma family + frenchy, ça se passe bien.
- On a un temps exceptionnel ici, encore 19°C hier sur Dublin ! (c'est l'été encore)

VOUS - MOI

Alors qu'en fait, j'ouvre les yeux et je vois la vérité en face.

Je reste mélancolique. Je me pose des question sur mon existence, je me remets en question, comme d'hab.
J'attends des signes de la part de plusieurs personnes. Mais rien ne vient. Jamais. Comme d'hab.
Je place mes espoirs en des personnes qui me poignardent toujours le dos. Toujours. Comme d'hab.
Je fais les premiers pas pour une réconciliation qui n'est en fait qu'une illusion. A croire que c'est peine perdue vraiment. Comme d'hab.

J'essaie de rester positive face à ce qui m'arrive, mais le présent/passé me rattrape toujours, comme d'hab.

VOUS - MOI

Alors je me noie dans cette salle de sport. Samedi matin, j'étais à 8h à la salle de sport. J'y suis restée une heure. Là-bas, j'y oublie l'espace d'une heure mes démons. Et ça marche... Pendant une heure seulement.

Je ne suis même pas sorti ce weekend. Au pub j'entends. J'ai passé vendredi et samedi soir à la maison. Au lit à 9pm.

Aujourd'hui, alors que je ne fume qu'occasionnellement en soirée -et en général une clope uniquement-, je me suis enfilée 4 clopes en une heure et quart. Tu te rends compte ? Et là, j'en ai encore envie.
Ma dernière clope, c'était il y a trois semaine, en sortant d'un pub. Je crois bien. Je ne fume jamais en journée. Juste le soir. Ca fait quatre ans que c'est comme ça. Il m'arrive même de passer plusieurs mois sans fumer. Ainsi, en 4 ans, j'ai acheté quatre paquets. C'est pas la mort hein.
Mais aujourd'hui, je n'ai pas compris ce qu'il m'était arrivé. Des marées de sel ont monté à mes pupilles ce matin, et elles ne se sont jamais envolées.


Mon coeur est meurti ce soir. J'écoute toujours le même chanteur depuis mes 15 ans. J'ai l'impression d'être restée dans le passé par moment, en l'écoutant. Je me dis que je devrais passer à autre chose. Mais je n'y arrive pas. Il finit toujours par me remonter le moral.

Je suis fatiguée d'être fatiguée. Je veux juste, trouver une place dans ce monde. Je sais simplement, que tout commencera à Dublin.

Tag(s) : #etats d'ame

Partager cet article

Repost 0